Navigation | Archive » 2010 » septembre

Archives

septembre 2010
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

2017...Année de Changement! Aimer au-delà de tous les préjugés Avanarah*Israel* BABAJI Biographies des grands astronomes BRACO l'homme qui soigne par le regard. Cadeaux reçus de mes amis (es) Cercle de Prière Virtuel. Changer le Monde... Channelings divers. CHARTE DE LA NOUVELLE CONSCIENCE ET DE L' UNITË Christ'Al Chaya Comment arrêter d'aimer quelqu'un qui ne vous aime pas. Contes et Légendes du Monde. Crois en l'Amour! De mon coeur à ton coeur. Décret de la Flamme Violette Eileen Caddy Envol... Faire le silence en Soi Flammes Jumelles Flamme Violette Action Frères Ainés du collective d'Arimathie Fusion avec l'Âme Gaia PlanéteTerre Guérir de ses blessures affectives. Ho'poponopono Invocation pour l'unification des Chakras. invocations diverses... Je Donne. Je Pense Positivement Je t'Aime mon Ange. J’écoute la voix de mon coeur. Khalil Gibran Krishnamurti l'Après 2012. L'ascension de 2012 à 2035 L'autre ne nous blesse pas. l'Origine du Notre-Père La Chartre de la Terre La CLË est l'AMOUR.. La Conscience Ëveillée La demeure de Dieu parmi les hommes La Femme et l'Homme = Un Être Divin scindé en 2…! La fin des temps La fin du Calendrier Maya La Fête du Wesac La Grande Invocation(Intégrale) La Manifestation de la Pensée... La Paix Miraculeuse de Mère Divine. La Prière Guérit..!! La Prophétie des sept feux La reconnaissance du couple intimiste. La Samadhi... La Voix de Notre Père. Le Cantique des Cantiques Le Christ parle. Le Peuple Bleu des Etoiles Le peuple des Dauphins Les Archanges. Les Bénédictions... Les cinq tibétains Les Codes Graal. Les Grandes Mystéres de l'Humanité. Les Lettres du Christ Les Leçons essentielles de Geraldine Innocente Les Maîtres de Sagesse Les mots de mon coeur..!! Les Nobles Vérites du Bouddhisme les Pyramide Les Pyramides de Lumière Le Symbolisme de trois chiffres semblables. Le Tombeau de Jesus-Christ en 3-D.. Lettre de la marionnette de chiffon Lettre ouverte de Dan George Liens de Musique Livre 1 de Maître Morya "Enseignement sur la Volonté" Livres d'Eveil Lorsque la douce nuit L’étrange manuscrit de Voynich. Maitreya Mantra du Maître Djwall Kuhl" . Mes Coups de Coeur. Mes Créations Video Mes messages de Lumière Mes Poèmes. Mes poèmes 2016 Mes Poèmes Messages... Mes Poémes...clic ici. Message des Vénusiens aux peuple de la Terre.Alliance. Messages de Jésohua..!! Messages de La Source ..!! Mon Archange Mots a méditer. Mots de mon coeur Mère Marie Méditations Omraam Mikhael Aivanhov Paroles de sages Partage de coeur Partage de coeur musical. Partages divers. Photos d'Orbs - 2011 Plonger sans crainte en Soi. Poèmes,canalisations amis, divers. Poèmes de Lumière de Guy/Norayah Priere de Sanat Kumara. Prières Psaumes Qu'est ce que l'humilité Qui sont les Maîtres Ascensionnés. Qui Suis-Je Renaissance Retenir le Temps Textes de sagesse de maîtres spirituelles Un message codé venant des étoiles. Être amoureux de soi...

3 septembre, 2010

Qui Suis-Je ..clic ici

Image du Blog pordosol.centerblog.net 

                                                                                          ____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Découvrir la Paix, la Joie éternelle en SOI, la douceur qui dépasse tout

entendement, la félicité suprême, la Source des Sources, la plénitude de

l’Être, le Royaume des Cieux, le divin revient à se découvrir Soi même dans

toute complémentarité, de notre identité Divine de notre JE SUIS dans cette incarnation…..

Se découvrir Soi même est ouvrir la porte de la joie éternelle qui nous

conduit au retour a la maison, la connaissance le but ultime de notre JE SUIS…..

Qui SUIS-JE en amont de ces souvenirs qui semble constituer mon

histoire personnelle et collective ? 

Qui SUIS-JE, ici et maintenant, en cet instant précis ? Cette investigation

est la clef qui non seulement me révèle à moi-même, mais ouvre également

le portail onirique de ma réalité originelle et impensable que tentent de

désigner toutes ces notions.

Car en UN Éternel présent, JE SUIS Cela Est …JE SUIS LA SOURCE car j’ai

conscience de mon unité filiale avec La SOURCE de Toute VIE….JE SUIS

UNité dans le coeur de Dieu,  le DIVIN MERVEILLEUX qui vit au Coeur de

toute SA CRÉATION et mon cœur est Sa Création.

JE SUIS UNe minuscule particule de Sa CRÉATION et JE SUIS UNique dans son Coeur…

JE SUIS UNIFIÉ A TOUTE VIE sur TERRE et dans tous les  Règnes de l’UNIVERS…

JE SUIS UN ÊTRE UNIVERSELLE vivant des expériences magnifiques, de Vie réelles et surnaturelles

au sein de cette Terre qui m’à accueilli avec tellement d’amour et de grâce

Notre merveilleuse  Planète Bleu…Notre bien-aimée Terra-Shan.

J’ai conscience de me fondre dans le grand TOUT et consciemment j’accepte

de vivre en toute conscience ma réalité humaine/cosmique divine ICI et

MAINTENANT JE SUIS !!

Avec tout mon amour/amitié divin pour chacun de vous…

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzsceau_copyright*Edite*AvAnarah*Israel*

_________________________________________________________________________________________________________________________

 fc8bc338dd24.gif

Aussi loin que ma conscience me porte la spiritualité et l’au-delà, a toujours eu une place privilégiée dans ma

 vie, aussi bien dans mes incarnations passées que dans cette vie .

Petite fille d’une lignée de guérisseurs et magnétiseurs j’ai baigné dans les pures énergies d’autre dimension

pendant toute mon enfance. Ma grande mère maternelle guérisseuse était  adombrée par Saint Antoine de Padoue,

notre ancêtre au moment des soins donnés. J’ai souvent j’assiste ma grand-mère pendant les soins et ces

moments extraordinaires  on une place énorme dans mon coeur, c’était  des moments d’une grande intensité,

ou je me sentais bien et j’avais déjà conscience d’être différente des autres enfants.

Dès les premières années de ma  jeune vie  j’ai reçu l’appel du Divin.

 Ma Foi fut éveillé dans cet oasis de Paix, douceur et amour.

Un autre événement fit que ma Foi, et Croyance dans la Vraie Vie ,fut fortifié à tout jamais.

A 5 ans et demi un EMI  ( expérience mort  imminente) m’a ouvert les portes de l’au-delà.

Cette  expérience a changé toute ma perception de la vie, et à  fait de moi un enfant différent,

le ciel m’avait  ouvert sa porte et permit de revenir a nouveau sur terre;

La Grace de Dieu et de sa  Divine miséricorde  une coupe d’amour inconditionnelle dans mon cœur.

Une grande tendresse nos unissait grand-mère et moi, et aujourd’hui comme autrefois elle est près de moi.

Je lui rends hommage avec beaucoup d’amour, une partie d’elle est vivante dans mon jardin secret.

Mon grand-père maternel venait d’une lignée de gardiens d’églises, ou chapelles,

une tradition familiale  que perdure encore de nous jours entre les lignées familiales. 

 J’ai eu souvent le bonheur d’avoir ces endroits lumineux de douceur, de paix, pour moi toute seule

lors des visites a notre famille. Pendant que la famille discutait entre elle tout au bonheur de se revoir,

mon coeur lui  m’amenait vers la chapelle ou l’église du village ou nous étions.

Enfant j’ai souvent joué avec des enfants invisibles, particulièrement un enfant plus jeune que moi, dont 

j’étais la seule a voir et que j’appelais l’enfant Jésus.

 Aujourd’hui je sais que cet ‘être qui prenait l’apparence de l’enfant Jesus, c’était ma flamme jumelle primordiale.

 Je Suis adombrée par ma Flamme Jumelle Primordiale Israel depuis 2006. Nous avons fusionné dans

le Pur Amour de La Source, en devenant un seul être UNifié dans Son Cœur et dans Son Amour.

Pour ceux d’entre vous, que se poseront  des questions sur les flammes jumelles primordiales,

je dirais juste qu’elles ne sont pas humaines, leur présence est Pure énergie d’Amour, Pure Lumière,

on est UNifiés  pour l’éternité, parfois les flammes jumelles primordiales peuvent 

s’incarner  au même temps, mais ceci est rarissime, et cela se fait dans le cas d’un travail planétaire

d’aide au service  a l’humanité. Autres cas peuvent se présenter selon le choix de nous âmes, ou notre âme

jumelle/flamme jumelle  adombre une âme soeur, afin qu’on puisse vivre sur terre  une expérience

complète spirituel et humaine, et ceci toujours dans un but d’un travail humanitaire.

Dans la continuation de ma lignée familiale, je suis une servante au service de Dieu porteuse de son

flambeau d’Amour éternelle et miraculeux…..Que Sa Lumière,son Amour, sa Paix, soit avec vous.

Que les bénédictions de notre famille Céleste vous accompagne de tout leur Amour et Lumière..

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzsceau_copyright*Edite*AvAnarah*Israel

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

  Sanctuaire de Notre-Dame da Piedade ( Pitié )

Construite au sommet d’une montagne a une excellente vue sur la ville de Loulé (Algarve)

et de ses environs, au fond on aperçoit la mer se fondant dans le ciel ,

un merveilleux paysage s’offre à nous yeux.

L chapelle a été construite aux 16éme siècle, et reconstruite au 18éme siècle.

A l’intérieur se trouve la chapelle principale,avec un retable du 18éme siècle et l’image

de Notre-Dame de la Miséricorde connue comme Mère Souveraine.

La chapelle est considérée aujourd’hui comme patrimoine nationale, et fermée au public,

ouverte a des rares occasions dans l’année. Une autre chapelle moderne a ête construite,

jumelée a l’ancienne depuis environ une trentaine d’années.

Le deuxième dimanche de Pâques est célébrée un pèlerinage,en honneur de la Vierge Marie.

C’est dans cet endroit de beauté que j’ai vécu une partie de mon enfance.

Je rends hommage a ce lieu exceptionnel d’une grande énergie spirituelle et vibratoire,

qui fut jadis mon pilier de lumière.

Humblement je vous dévoile un peu de moi même avec tout notre amour divin et bénédictions…!

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzsceau_copyright*AvAnarah Israel*

volermidanossasenhorapiedade584px21.jpg  

volermidanossasenhorapiedade584px1.jpg

volermidanossasenhorapiedade584px3.jpg

voligrejanossasenhorapiedadeloule.jpg

voici les photos de la nouvelle chapelle.

22901124q0gefwbc.jpg

algarveabril06121.jpg

algarveabril06123.jpg

igrejanossasenhorapiedadeloule.jpg

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Par editecyloniah le 3 septembre, 2010 dans Qui Suis-Je
Pas encore de commentaires

Mon Archange ..clic ici

 

 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gif      zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzq.gif zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gif    Mon Archange ..clic ici dans Mon Archange 4556550_ac27c   zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzq.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gif

PXC805RvjYy0e_ah3VdeQ1Q7H_R2oKHuHAVgumbB7MiRTG6OwW32_w== PXC805RvjYy0e_ah3VdeQ1Q7H_R2oKHuHAVgumbB7MiRTG6OwW32_w==

_ruUNQEFvCfTxb7aB6JrCJ9lMh0PmFtPHVlqgp5f0j318F2Nouy5Cw==

Quelques mots issus de mon coeur,

a mon bien-aimé Archange protecteur

Te remercier encore, et encore,

de tout l’Amour dont tu m’as entourée.

Depuis le le 1er jour ou tu m’as adombré,

et re-allumé mon étincelle divine.

Flambeau d’AMOUR sans NOM

dans le secret de mon coeur,

ton nom est gravé en lettres d’OR.

Tu est mon guide de chaque moment,

en tout temps ta présence est près de moi.

Dialogues divins,langage angélique,

dans l’échange et fusion de nos âmes.

Je t’aime sans conditions,nos sommes UN !!

 *Edite AvAnarah*Israel*

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzcgjfb69z.gif

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gif

403.gif403.gif403.gifyingyang1.jpg403b.gif403b.gif403b.gif

PXC805RvjYy0e_ah3VdeQ1Q7H_R2oKHuHAVgumbB7MiRTG6OwW32_w==PXC805RvjYy0e_ah3VdeQ1Q7H_R2oKHuHAVgumbB7MiRTG6OwW32_w==

 001d053z3pr.gif

         Un lotus, une rose est déposé dans votre coeur.

Peu importe le nom donné a cette flleur .

C’est une fleur rare, elle s’appelle Amour.

Son énergie est fluide, Sa couleur est OR.

Elle prend Vie dans la Vie.

Laissons-la éclore et ouvrir ses pétales filigranes .

Les rayons du Soleil Central l’abreuve de son AMOUR.

Elle nous unifie tous dans notre cOeuR Sacré.

Dieu Père-Mère en chacun de nous.

Bénédictions a tous & toutes..!!

*Edite AvAnarah Israel*

tr32namastelotus.gif

PXC805RvjYy0e_ah3VdeQ1Q7H_R2oKHuHAVgumbB7MiRTG6OwW32_w==PXC805RvjYy0e_ah3VdeQ1Q7H_R2oKHuHAVgumbB7MiRTG6OwW32_w==

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzC1ArEtmKuiGD

PXC805RvjYy0e_ah3VdeQ1Q7H_R2oKHuHAVgumbB7MiRTG6OwW32_w==PXC805RvjYy0e_ah3VdeQ1Q7H_R2oKHuHAVgumbB7MiRTG6OwW32_w==

Par editecyloniah le 3 septembre, 2010 dans Mon Archange
Pas encore de commentaires

2 septembre, 2010

Omraam Mikhaël Aïvanhov..clic ici

oma-big

La question de l’amour sera posée devant les générations à venir.

 Toutes les autres questions pâliront et le monde entier ne se préoccupera

 que de cette question vitale, l’Amour :

 Comment aimer, comment par l’amour devenir une divinité.

 Parce que l’amour est Dieu, Dieu est amour.

 Si l’homme a des relations correctes avec l’amour,

 il a des relations correctes avec Dieu lui-même.

Omraam Mikael Aivanhov

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

ann.gifLe véritable amour est un état de conscienc

par Omraam Mikhaël Aïvanhov

Le véritable amour n’est pas un sentiment mais un état de conscience. Pour votre évolution, il vaut la peine que vous méditiez sur ce sujet. Tant que vous ne connaîtrez pas l’amour comme état de conscience, vous serez dans l’obscurité et vous ne comprendrez pas grand-chose à la vie. Parmi les qualités qui peuvent vous aider à vous rapprocher de cette compréhension de l’amour, la pureté est la plus importante. Et quand je parle de pureté, je veux dire des pensées et des sentiments dans lesquels n’entre aucun intérêt égoïste. Les trois mots vie, amour et pureté sont liés. Pourquoi ? Parce que la vie dépend de l’amour, et plus l’amour est pur, plus la vie est riche, belle, claire. Le sens de la vie, c’est aimer et être aimé. Quand vous aimez les autres d’un amour désintéressé, vous êtes pour eux comme une source qui leur apporte la vie. Et ceux qui vous aiment vous apportent aussi une vie abondante.

 

ann.gifL’amour est partout

par Omraam Mikhaël Aïvanhov

Qu’est-ce que l’amour ? Une énergie cosmique qui est répandue partout dans l’univers. C’est pourquoi vous pouvez trouver l’amour dans la terre, dans l’eau, dans l’air, le soleil, les étoiles… Vous pouvez le trouver dans les pierres, les plantes, les animaux… Et vous pouvez aussi bien sûr le trouver chez les humains ; mais justement, pas seulement chez eux, comme vous avez trop tendance à le croire. Oui, pourquoi devez-vous vous sentir privé d’amour parce que vous n’avez pas un homme ou une femme à tenir dans vos bras ? Ce n’est pas le corps, ce n’est pas la chair qui vous donnera l’amour, car l’amour ne se trouve pas là. L’amour peut se servir du corps physique comme support, mais lui, il est ailleurs : il est partout, c’est une lumière, un nectar, une ambroisie qui remplit l’espace.

 

ann.gifC’est vers l’amour divin qu’il faut se diriger

par Omraam Mikhaël Aïvanhov

Quand vous cherchez l’amour, vous ne savez pas vraiment ce que vous cherchez. Vous croyez chercher l’amour d’un homme ou d’une femme, mais au fond c’est l’amour de Dieu que vous cherchez et dont vous avez besoin: l’immensité, l’infini, toute la beauté de la nature et des êtres… Mais avant d’arriver jusque-là, combien de «boutiques» vous essaierez de visiter en demandant: «Donnez-moi l’amour… Donnez-moi la plénitude…» Mais aucune boutique ne possède la plénitude. Seul le Seigneur Lui-même peut vous la donner, et c’est là qu’il faut aller la chercher. Regardez ce qui se passe avec tous ces êtres qui se sont arrêtés auprès d’une «boutique». Boutique, évidemment, vous avez compris, cela veut dire une jolie femme… ou un joli monsieur! Au bout de quelque temps tout est épuisé, et ils vont vers une autre boutique, beaucoup plus récemment ouverte: la marchandise est plus fraîche, la publicité est mieux faite, la vitrine est mieux achalandée, il y a plus d’éclat, plus de couleurs… Mais là encore, au bout de quelque temps, tout se ternit, tout s’effrite, parce que ce n’était pas divin. N’est divin que ce qui est inépuisable et éternel. C’est donc vers l’amour divin que vous devez vous diriger.

 

ann.gifComment aimer

par Omraam Mikhaël Aïvanhov

Il ne suffit pas d’aimer les êtres, vous devez vous demander comment vous les aimez. Efforcez-vous de mettre dans votre amour la pureté et la lumière, car c’est à cette seule condition que ceux que vous aimez pourront grandir et s’épanouir. L’amour véritable doit apporter aux êtres toutes les bénédictions: la joie, la paix, la beauté, la santé, et surtout le sens de la vie. Si vous sentez que la personne que vous aimez s’étiole, s’affaiblit, qu’elle perd sa joie de vivre, vous devez vous poser des questions sur votre sentiment et vous dire: «Mais qu’ai-je fait avec cette créature? Je devais la cultiver comme une fleur dans un jardin, et je l’ai laissée dépérir, je l’ai abîmée!» Vous n’avez pas alors de quoi être tellement satisfait de vous et il ne vous reste plus qu’à chercher comment réparer vos erreurs. Votre amour doit faire grandir un être, et c’est seulement quand vous voyez qu’il s’épanouit à cause de votre amour, que vous pouvez être heureux et fier, et remercier le Ciel.

Le Mariage spirituel Il y a une tendance chez les gens mariés de n’aimer que leur ou leur femme, en oubliant le monde entier ; plus rien n’existe pour eux. Quand même, le véritable amour est celui qui ne pousse pas de racines auprès d’un seul être pour l’étouffer, mais embrasse toutes les créatures et cet amour si vaste est beaucoup plus bénéfique pour un couple qu’un amour exclusif.

Il est bien de se marier mais les couples doivent être instruits dans les conceptions plus larges, afin de montrer moins de possessivité et de jalousie. Le mari se réjouira de voir sa femme aimer le monde entier et la femme sera heureuse que son mari ait le cœur si vaste, tous deux resteront dans la sagesse et la pureté. Ainsi, le mariage, avec toutes ses traditions et ses règles les plus magnifiques, sera sauvegardé et en même temps le mari et la femme comprendront qu’ils peuvent sans cesse élargir leurs cœurs et aimer toutes les créatures sans transgresser les règles de la fidélité et de la sagesse.

La clé du mariage spirituel La clé du mariage spirituel consiste dans la compréhension du fait que l’amour a aussi d’autres aspects, d’autres façons de manifestation, d’autres expressions plus vastes et plus pures où le mari et la femme tachent d’avoir l’un pour l’autre une conception plus noble, plus élevée et se donnent une liberté mutuelle. La femme doit comprendre son mari, celui-ci à son tour doit comprendre la femme, et tous les deux doivent s’élever, marcher ensemble vers le Ciel, devenir de plus en plus épanouis et illumines, en vivant une vraie vie, pleine d’amour illimité…

Voilà la meilleure solution. Si vous n’arrivez pas à trouver une femme ou un mari qui vous donne cette liberté, mais qu’ils veuillent toujours vous accaparer, vous limiter, alors mieux vaut ne pas vous marier.

La philosophie initiatique de l’amour La véritable philosophie initiatique permet aux humains de mieux s’aimer et être heureux, parce qu’elle leur apprend à situer les choses. Croyez-vous qu’il est sensé de concentrer toute votre attention, toutes vos pensées, tout votre amour sur un seul homme ou une seule femme ?

Mariez-vous et soyez fidèle à votre partenaire, mais ne vous faites pas d’illusions : un mari, une femme, ne vous donneront que ce qu’ils peuvent vous donner.

Chaque femme sur la terre ne reflète qu’une toute petite partie de la splendeur de la Femme Cosmique. Toute cette beauté que l’on voit distribuée à travers toutes les femmes est la beauté de la seule et unique femme, la Femme Cosmique, la Mère Divine, qui réunit toutes les splendeurs, toutes les perfections. Et chaque homme sur la terre ne reflète aussi qu’une partie de la splendeur du Père Céleste, certains un peu plus, certains un peu moins.

Donc en aimant, seulement la personnalité d’un homme ou d’une femme on ne peut jamais être satisfait, jamais comble, parce que toute la perfection n’est pas comprise en lui ou en elle. Il faut apprendre comment aimer : sans cesse faire monter l’amour plus haut, élever jusqu’aux régions du Père Céleste et de la Mère Divine.

Bien sur, on ne peut pas demander à tous d’aimer la Mère Divine à travers toutes les femmes ou le Père Céleste à travers tous les hommes, il suffit d’aimer une seule femme ou un seul homme à la fois, mais essayer de voir à travers cette femme ou à travers cet homme toutes les femmes et tous les hommes de la terre. Il est difficile d’arriver à cette conception, mais avec le temps et avec la lumière de la science initiatique, cela viendra. Alors, les hommes et les femmes ne seront plus aussi possessifs, jaloux, limites.

 

 

ann.gifAmour, Sexualité et Spiritualité Mettre la sexualité au service de la nature supérieure

conférence par Omraam Mikhaël Aïvanhov

 » Si vous parlez d’une conception spirituelle de l’amour à des gens sensuels ou primitifs, ils vous diront : « Mais si nous ne pouvons plus satisfaire nos besoins sexuels, nous mourons : c’est ça qui nous fait vivre !  » Oui, bien sûr, cela fait vivre les racines, mais les fleurs meurent en haut. Donc, tout dépend de la personne et de son degré d’évolution. »

Je vous ai tellement parle sur l’amour, je vous l’ai présente sous tellement d’aspect différent que vous ne pouvez pas en avoir une idée d’après ce seul passage d’une conférence. Avec ces quelques mots, vous ne serrez pas plus renseignés qu’avant, il faut trouver les autres conférences pour avoir une idée claire sur l’amour, car chacune révèle un point particulier.

Les humains sont faits pour évoluer dans tous les domaines, alors pourquoi n’évolueraient-ils pas aussi dans le domaine de l’amour ? Et ce degré supérieur, cette évolution, consiste à sublimer l’énergie sexuelle, à la diriger vers le sommet, vers la tête, pour nourrir le cerveau et le rendre capable des plus extraordinaires créations. Tant que les hommes ne connaîtront pas les moyens d’utiliser cette énergie sexuelle pour des travaux gigantesques, ils vont la gaspiller et c’est pourquoi ils s’appauvrissent, ils s’abrutissent. Tout le monde sait que la force sexuelle suit une certaine direction. Mais qu’on peut l’orienter dans une autre direction, et que l’Intelligence cosmique justement a placé dans l’homme tout un système de canalisations et d’appareils pour diriger cette énergie vers le haut, ça on ne le sait pas. Ces canalisations et ces appareils sont là, ils attendent, mais on ne leur donne rien pour les déclencher et les faire fonctionner.

Quand ils parlent de la force sexuelle, tout disent que c’est une tension terrible dont ils on besoin de se libérer. Et ça y est, ils se libèrent, ils se consolent, sans savoir qu’ils perdent quelque chose de très précieux, une quintessence qui este stupidement brûlée dans le plaisir seulement. Je dis : supposons que vous étés un bâtiment de 150 étages, il faut cette tension justement afin de monter l’eau jusqu’au sommet de la maison, pour que les habitants en haut puissent puiser de l’eau, boire, arroser leurs plantes. Si vous supprimez la tension, l’eau ne montera pas jusqu’en haut. Regardez combien ils sont ignorants, les humains ! Pour se dégager de cette tension, ils s’avachissent.

Cette tension il faut l’utiliser, car sans elle jamais l’énergie ne pourra atteindre le sommet : au lieu de s’éveiller pour des travaux gigantesques, toutes les cellules qui seront engourdies, appauvries, chloroformées, ne pourront assurer que le fonctionnement du côté inférieur. S’il n’apprend pas à se dominer, à se maîtriser, l’homme supprime toutes ses possibilités de devenir fort, puissant, intelligent. Pourquoi faire des efforts ? La pilule est là! Sans la pilule on était quand même obligé de réfléchir, de se maîtriser… Maintenant qu’ils n’ont plus d’efforts à faire, les humains vont s’affaiblir dans tous les domaines : parce que le plaisir dévore tout, et quelques années après on les verra incapables de quoi qui ce soit ; tout sera mangé, brûlé, gâché.

Comment faire comprendre aux hommes et aux femmes que, dans le plan de Dieu, cette énergie devait être utilisée pour des créations sublimes ? Pas moyen, ils veulent le plaisir, ce qui est facile, là où il n’y a aucun effort à faire. Mais ce plaisir, ils le paient très cher. Tandis que grâce aux efforts qu’on fait pour se dominer, non seulement on s’enrichit mais on ressent un plaisir extraordinaire. Non, en réalité, ce n’est pas le mot  » plaisir  » qui convient ici, car il est toujours lié aux manifestations instinctives inférieures ; les mots  » joie « ,  » ravissement « ,  » extase  » sont préférables. Le plaisir n’est pas quelque chose de tellement glorieux, et même on en a honte souvent, alors que la joie, le ravissement, l’extase, on ne peut les obtenir qu’en déclenchant le côté divin en soi.

La jeunesse ne se rend pas compte qu’il existe des expériences plus enrichissantes que celles où elle s’aventure, et qu’en quelques années, elle perdra sa fraîcheur, son charme, sa beauté, sa lumière. Il faut dire aux jeunes :  » Vous voulez expérimenter l’amour physique ? C’est entendu, mais au bout de quelques temps, vous oublierez toutes les sensations de plaisir que vous avez vécues, et il ne restera que la ruine, le regret, l’assombrissement « . Mais qui va le leur dire ? Même les adultes se laissent aller à cette degringolade, sans savoir ce que ça va donner. Il faut au moins essayer de faire un effort de maîtrise de soi ; même si on n’obtient pas tout de suite des résultats, on les obtiendra plus tard, et alors on sera fier d’avoir su vaincre et on se sentira plus fort.

Il y a quelques jours, j’ai reçu la visite d’un homme d’un certain age déjà et il m’a avoue que dans le domaine sexuel, il avait une grande faiblesse, il était incapable de se maîtriser et il me demandait conseil. Je lui ai dit :  » Je veux bien vous l’expliquer : par exemple, allez sur les plages, regardez les jeunes filles ; certainement, il s’éveillera quelque chose en vous, c’est normal, c’est naturel. Mais comme vous ne pourrez pas aller satisfaire votre désir avec elles, il y aura trop de monde, vous serez obligé de résister, de faire un effort de sublimation. C’est là justement que vous commencerez à exercer votre volonté ; et si vous répétez plusieurs fois cet exercice avec succès, vous n’aurez même plus besoin d’aller sur les plages. A ce moment-là, rien qu’en regardent quelques revues, là aussi, quelque chose va s’éveiller ; vous saisissez alors cette sensation qui s’éveille et vous la faites monter jusqu’au Ciel, jusqu’à la Mère Divine.

 En vous exerçant ainsi pendant longtemps, vous arriverez un jour à ne plus avoir besoin de relations physiques avec les femmes. Et voilà la victoire, voilà le triomphe ! Mais il faut s’exercer ainsi pendant longtemps avec de doses homéopathiques. Dans l’homéopathie, on peut diluer jusqu’à la neuvième centesimale ; même a ce degré de dilution, le produit reste efficace ! Et dans l’amour aussi, on peut arriver à une telle dilution qu’on n’a plus besoin de contacts physiques et c’est cela l’amour spirituel.  »
Bien sûr, cet homme était stupéfié, émerveillé, il est parti plein d’espoir, mais l’histoire ne dit pas s’il a réussi.

Il y a une intelligence supérieure qui préside aux phénomènes liés à la sexualité, mais pour comprendre, tout dépend du degré évolution auquel on se trouve. Tout est beau et sensé à condition de choisir les méthodes et l’attitude les meilleures pour n’avoir rien à se reprocher. Tandis qu’il y a beaucoup de comportements dans ce domaine dont ensuite les gens eux-mêmes ne sont pas tellement fiers, parce qu’ils se sentent qu’ils sont conduits un peu comme des animaux. Ils y sont poussés parce qu’ils sont faibles, mais ils se rendent compte que ce n’était pas tellement esthétiques. Si vous m’écoutez, si vous commencez à vous exercer, vous découvrirez que toute la beauté, toute la splendeur est dans cet amour limpide, lumineux pour toutes les créatures Jour et nuit vous étés dilates, combles, et cet amour ne dure pas deux ou trois minutes : pendant l’éternité vous continuerez à aimer.

Dans l’amour ordinaire, bien sûr on aime, mais très vite après, c’est la haine, la vengeance. Au début, c’est l’or, mais cet or se transforme très vite en plomb, en cendre. Et toutes les déceptions sont là, les amertumes, les contradictions. Le disciple de la Fraternité Blanche Universelle doit comprendre qu’il est avantageux pour lui d’étudier des degrés supérieurs de l’amour. Parce que c’est la qu’il trouve la liberté et dans cette liberté, il n’a plus besoin d’attendre quoi que ce soit après des autres, c’est lui qui leur donne sans cesse.

C’est le besoin qui rend les gens dépendants et malheureux, et tant que les humains auront besoin de faire des échanges très bas dans le plan physique, dans la personnalité, ils perdront leur liberté et ils souffriront. Bien sûr, il n’est pas donne à tout le monde de pouvoir maîtriser la force sexuelle pour connaître l’amour supérieur. C’est pourquoi, avant de se lancer dans une pareille aventure il faut bien réfléchir, et surtout bien se connaître : si vous sentez que vous avez encore trop besoin de plaisirs physiques, il est préférable pour vous de ne pas brusquement vous abstenir, sinon ce sera pire.

 Mais si vous étés déjà évolue et que vous sentiez le besoin de vivre quelque chose de plus subtil, de plus spirituel, de comprendre la splendeur du monde divin et d’aider les humains par votre amour, vous pouvez choisir ce chemin. Mais il n’est pas pour tout le monde, et je ne le conseille pas à tout le monde. Parce que je sais très bien toutes les anomalies qui risquent de se produire. Et dans les couples, par exemple, que va-t-il arriver si l’un des deux décide de vivre un amour plus spirituel, tandis que l’autre ne peut pas se passer de plaisirs physiques, en fait une tragédie ?…Bien sûr, ce sera moi le coupable.

Je vous donnerai une image. Vous avez ici deux bouteilles. Imaginez que l’une représente une fille et l’autre un garçon. Comme chacun puise chez l’autre, très vite, les deux bouteilles sont vides. C’est ce qui se passe dans l’ancienne conception de l’amour : on boit à une bouteille qui est limitée et quand elle est vide, on la jette. Tandis que dans le nouvel enseignement, les  » bouteilles  » sont branchées à la source de l’amour divin, et on peut boire, boire, sans jamais les épuiser ; elles sont toujours pleines, parce qu’elles sont alimentées par l’eau de la source.

Cela signifie que si, au lieu d’aimer seulement la personnalité d’un homme ou d’une femme, son corps physique, vous aimez son esprit, son âme, vous vous branchez à quelque chose de vivant qu’est déjà lie à la Source, au Seigneur. Et votre amour durera toujours : même quand vous serez vieux, ratatines et rides comme de vielles pommes, vous continuerez à vous aimer, parce que ce n’était pas la chair que vous aimiez, mais cet être-la qui est un reflet de la Divinité.

 Dans l’enseignement de la Fraternité Blanche Universelle, on apprend aux hommes et aux femmes comment s’aimer : à travers la femme l’homme cherche la Mère Divine et il s’élève jusqu’à elle pour recevoir des énergies, la lumière et la joie ; et à travers l’homme, la femme élève jusqu’au Père Céleste. Jamais leur amour ne finira. Tandis que si les hommes et les femmes se contentent de se chercher dans le plan physique, qu’ils ne soient pas étonnes de découvrir très vite qu’ils ne s’aiment plus. C’est normal, pourquoi doit-on s’aimer quand il n’y a plus rien au-dedans à aimer ? Et justement, quand ils s’aiment l’un pour l’autre, il arrive un jour où ils sentent le vide ; mais quand ils s’aiment pour une idée, un idéal auquel tous les deux collaborent et travaillent, c’est la plénitude, ils ne peuvent jamais se séparer. Voila ce qu’il faut expliquer à la jeunesse.

Combien de jeunes viennent auprès de moi pour me parler de la fille ou du garçon qu’ils aiment ! Alors je pose la question a un garçon :  » Qu’es-ce que vous aimez chez cette fille-là ? – Oh son visage, ses jambes, sa poitrine, ses yeux – Alors croyez-moi, dans ce cas, votre amour ne durera pas longtemps. – Mai comment ? Pourquoi ? – Parce que vous ne vous étés pas préoccupe de connaître la mentalité de cette fille, ses aspirations, ses goûts, ses idées ; vous n’aimez que le cote extérieur. Dans très peu de temps vous serez rassasié de tout ce que vous trouvez joli et charmant et quand vous découvrirez en elle quelques défauts, vous ne verrez plus sa beauté et vous voudrez la quitter. « 

A un autre je pose la même question :  » Qu’es-ce que vous aimez chez cette fille ?  » -

 Sa façon de penser, ses goûts spirituels – C’est magnifique ! Et physiquement, comment la trouvez-vous ? – Physiquement elle ne me dit pas grand chose. – Eh bien, ne vous inquiétez pas : quand on aime chez un être sa façon de penser, de sentir, d’agir, quand on aime son âme, son esprit, on s’attache tellement a lui, on l’aime tellement que même physiquement il finit par avoir une entente  » J’ai vu certaines personne qui, physiquement, éprouvaient tout d’abord de la répulsion l’une pour l’autre, mais peu à peu, parce qu’il avait entre elles une entente intellectuelle, spirituelle, finissaient par s’aimer aussi physiquement.

Voilà pourquoi je dis à la jeunesse :

 avant de vous marier, tâchez de voir si vous avez des affinités dans le plan des idées et dans le plan des sentiments. Le plan physique ne doit venir qu’à la troisième place. Si vous vous mariez seulement à cause d’une attraction physique, quand les autres manifestations apparaîtront, vous allez discuter, vous bagarrer et vous donner du coups. Malheureusement, c’est ainsi que finissent les mariages de milliers et de milliers de personnes, parce qu’elles étaient trop bêtes ou qu’elles n’ont pas été bien conseillées. D’ailleurs, même les parents souvent ne savent pas donner de bons conseils ; au lieu de les éclairer, ils disent à leur fille ou a leur garçon :  » Débrouille-toi, voyons, débrouille-toi. » Evidemment, je sais bien que, même si on leur donne des conseils, les jeunes n’écoutent pas ; mais au moins, un jour, après la défaite, après la catastrophe, ils se souviennent qu’on leur a donné ses conseils. Il ne faut pas tellement s’imaginer que les explications et les conseils sont efficaces, j’en sais quelques chose ! C’est après, quand ils se sont casse la tête, qu’ils se souviennent des explications et commencent à réfléchir

Ah ! que des choses à élucider, à éclaircir !

Mais pour résumer, je conseille aux frères et aux sœurs de la Fraternité de ne pas engager leur vie avec des filles et des garçons, des hommes et des femmes, qui n’ont pas d’idéal spirituel, parce que leur amour ne durera pas longtemps, ou bien, pour qu’il dure, ils seront obligés de se conformer aux désirs, aux caprices de leur partenaire, et donc de sacrifier le céleste pour le terrestre. Il y en a beaucoup qui l’ont déjà fait, même dans la Fraternité : ils se sont amourachés de gens qui n’avaient aucun idéal, ils ont sacrifié tout ce que la Fraternité pouvait donner à leur âme pour préparer leur avenir, et maintenant ils souffrent, ils regrettent, mais il est trop tard pour revenir en arrière.

                                       

ann.gifLe Mariage spirituel

conférence par Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

Il y a une tendance chez les gens mariés de n’aimer que leur ou leur femme, en oubliant le monde entier ; plus rien n’existe pour eux. Quand même, le véritable amour est celui qui ne pousse pas de racines auprès d’un seul être pour l’étouffer, mais embrasse toutes les créatures et cet amour si vaste est beaucoup plus bénéfique pour un couple qu’un amour exclusif.

Il est bien de se marier mais les couples doivent être instruits dans les conceptions plus larges, afin de montrer moins de possessivité et de jalousie. Le mari se réjouira de voir sa femme aimer le monde entier et la femme sera heureuse que son mari ait le cœur si vaste, tous deux resteront dans la sagesse et la pureté. Ainsi, le mariage, avec toutes ses traditions et ses règles les plus magnifiques, sera sauvegardé et en même temps le mari et la femme comprendront qu’ils peuvent sans cesse élargir leurs cœurs et aimer toutes les créatures sans transgresser les règles de la fidélité et de la sagesse.

La clé du mariage spirituel La clé du mariage spirituel consiste dans la compréhension du fait que l’amour a aussi d’autres aspects, d’autres façons de manifestation, d’autres expressions plus vastes et plus pures où le mari et la femme tachent d’avoir l’un pour l’autre une conception plus noble, plus élevée et se donnent une liberté mutuelle. La femme doit comprendre son mari, celui-ci à son tour doit comprendre la femme, et tous les deux doivent s’élever, marcher ensemble vers le Ciel, devenir de plus en plus épanouis et illumines, en vivant une vraie vie, pleine d’amour illimité…

Voilà la meilleure solution. Si vous n’arrivez pas à trouver une femme ou un mari qui vous donne cette liberté, mais qu’ils veuillent toujours vous accaparer, vous limiter, alors mieux vaut ne pas vous marier.

La philosophie initiatique de l’amour La véritable philosophie initiatique permet aux humains de mieux s’aimer et être heureux, parce qu’elle leur apprend à situer les choses. Croyez-vous qu’il est sensé de concentrer toute votre attention, toutes vos pensées, tout votre amour sur un seul homme ou une seule femme ?

Mariez-vous et soyez fidèle à votre partenaire, mais ne vous faites pas d’illusions : un mari, une femme, ne vous donneront que ce qu’ils peuvent vous donner.

Chaque femme sur la terre ne reflète qu’une toute petite partie de la splendeur de la Femme Cosmique. Toute cette beauté que l’on voit distribuée à travers toutes les femmes est la beauté de la seule et unique femme, la Femme Cosmique, la Mère Divine, qui réunit toutes les splendeurs, toutes les perfections. Et chaque homme sur la terre ne reflète aussi qu’une partie de la splendeur du Père Céleste, certains un peu plus, certains un peu moins.

Donc en aimant, seulement la personnalité d’un homme ou d’une femme on ne peut jamais être satisfait, jamais comble, parce que toute la perfection n’est pas comprise en lui ou en elle. Il faut apprendre comment aimer : sans cesse faire monter l’amour plus haut, élever jusqu’aux régions du Père Céleste et de la Mère Divine.

Bien sur, on ne peut pas demander à tous d’aimer la Mère Divine à travers toutes les femmes ou le Père Céleste à travers tous les hommes, il suffit d’aimer une seule femme ou un seul homme à la fois, mais essayer de voir à travers cette femme ou à travers cet homme toutes les femmes et tous les hommes de la terre. Il est difficile d’arriver à cette conception, mais avec le temps et avec la lumière de la science initiatique, cela viendra. Alors, les hommes et les femmes ne seront plus aussi possessifs, jaloux, limités..

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Par editecyloniah le 2 septembre, 2010 dans Omraam Mikhael Aivanhov
Pas encore de commentaires

1 septembre, 2010

Contes et Légendes du Monde..clic ici

100605114434148326.jpg

Contes ,légendes,et mythes du Monde

43652lignefleurtrans.gif43652lignefleurtrans.gif

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

            Contes et Légendes du Monde..clic ici dans Contes et Légendes du Monde. 48034_10 

 L’arbre qui voulait rester nu…clic ici

 Voici un tout petit conte d’origine africaine, un de ces contes comme   je les aime tant, qui savent joliment cultiver une parabole et permettent aux lecteurs de trouver dans le texte qu’ils découvrent…

 Ce qu’il portent en eux…La Sagesse

***************************

Il était une fois un arbre. Au beau milieu d’un verger, il était sorti de terre, petite pousse verte et fragile se confondant avec les herbes alentours. Curieux de tout, il regarda bien vite le monde qui l’entourait, les fleurs qui s’ouvraient le matin et se refermaient le soir, les oiseaux qui sifflaient en sautant de branche en branche, le paysan qui venait tôt le matin cueillir les fruits des arbres, les graminées qui ondulaient sous la caresse des vents…

Ah!, il le trouvait beau ce monde autour de lui, il avait envie lui aussi de participer à cette beauté, de trouver sa place dans cette harmonie.Une année s’écoula et, ayant grandi, il était devenu un petit rameau portant quelques tiges. Il se rendit compte qu’il n’était pas un brin d’herbe comme il l’avait crû tout d’abord, mais un arbre et se mit à observer plus attentivement ses aînés.

Il les trouvait si grands, si beaux recouverts de leurs feuilles et de leurs fleurs.
Il fût si émerveillé de voir toutes ces fleurs se transformer en fruits, il fût si attendri des soins attentifs que leur apportait le paysan, mais…

Mais, se regardant, il s’aperçut que son écorce ne ressemblait à aucune de celles qui les habillaient, que ses branches n’avaient pas la même forme que les leurs. Alors, il eût peur, peur de n’être pas assez grand, peur de n’être pas assez beau, peur de ne pas porter assez de fruits, il eût peur que les autres, pommiers, poiriers, mirabelliers… n’acceptent pas sa différence et il décida de ne produire ni feuille, ni fleur, ni fruit.
C’est ainsi que les années passèrent, à chaque printemps, son tronc s’épaississait, s’allongeait, de nouvelles branches poussaient, mais… ni feuille, ni fleur, ni fruit.

Pour ne pas se trouver nu face aux autres, il s’était depuis son jeune âge laissé peu à peu recouvrir par un lierre grimpant, par des liserons et par des bouquets de gui : ne sachant à quoi il pourrait ressembler, il se couvrait d’une beauté qui n’était pas la sienne.
Le jardinier plus d’une fois projeta de le couper pour en faire du bois de chauffage, mais trop occupé par ailleurs, il remit chaque fois cette tâche à plus tard. Un matin pourtant il vint, armé d’une grande hache et commença par couper le lierre qui enserrait l’arbre.

Du lierre, il y en avait tellement que cela lui prit toute la journée et qu’une fois de plus, il remit l’abattage à plus tard. Cette nuit là, un petit ver parasite piqua le liseron qui en mourut aussitôt et le lendemain, les oiseaux du ciel apercevant le gui vinrent le picorer.

Il ne restait plus de l’arbre au milieu du verger qu’un tronc et des branches : il ne restait plus que l’arbre au milieu du verger.
S’apercevant soudain de sa nudité et ne sachant par quel artifice la couvrir, il se décida enfin à laisser pousser tout au long de ses branches de belles petites feuilles d’un vert tendre, à laisser éclore au bout de chaque rameau de mignonnes petites fleurs blanches contrastant joliment avec le brun de la ramure et le vert du feuillage

Le paysan, sur ces entrefaites, revint avec sa hache et découvrant à la place du tronc inutile un magnifique cerisier, ne trouva plus aucune raison de le couper. Il le laissa donc, trop heureux du miracle qui s’était produit.
Depuis ce jour, l’arbre vit heureux au milieu du verger, il n’est pas comme les autres, ni plus beau, ni plus grand, mais tout aussi utile. Il a compris que ni la texture de l’écorce, ni le tracé des branches, ni la forme des feuilles, ni la couleur des fleurs n’ont d’importance : seuls importent les fruits qu’il porte et que nul autre que lui ne peut porter.

Aussi, tous les ans, à la belle saison, les enfants du paysan viennent avec une échelle et, s’éparpillant dans sa ramure, se gavent de ses fruits et le réjouissent par leurs rires.
N’ayons pas peur des fruits que nous pourrions porter, car nul autre ne pourra les porter pour nous, mais chacun pourra s’en nourrir. N’ayons pas peur des fruits que nous pourrions porter.

Car chaque fois que nous les refuserons, il manquera quelque-chose dans le monde ; n’ayons pas peur des fruits que nous pourrions porter, car chacun d’eux permettra de faire grandir la Vie et l’Amour qui nous ont été donnés en partage.

Auteur Antoine LANG

__________________________________________________________________________________________________________________

 n5906938831473181336.jpg

C’est l’histoire d’une goutte de l’océan.

 Elle était petite et un peu fraîche mais mignonne.

Un soir où elle ne voyait pas les lueurs des étoiles, happée par des vagues profondes elle entendit le son de tout l’océan.

Des milliards de vagues semblaient réunies en un seul son assourdissant, une seule voix.
Cela peut paraître impossible d’entendre la voix de l’océan mais l’océan a un son particulier, bien à lui, reconnaissable : c’est sa voix!!!

Cette voix , la petite goutte commençait , au milieu des profonds courants , à l’entendre…Elle était stupéfaite, surtout quand l’océan l’appela à elle en particulier…..

L’océan lui disait  » petite goutte, je suis en toi…goutte de mon eau… je suis toi et tu es moi…..petite goutte entends ma voix…je suis un avec toi…. »

La goutte entendit qu’elle était l’eau de l’océan…C’était tout nouveau pour elle, elle qui se croyait un peu esseulée dans ce grand bleu !

En effet, comme elle, personne n’était allé au Groenland…enfin à ce qu’elle savait…! Personne n’avait encore croisé les éléphants de mer et on la prenait pour une goutte de trop!

Mais là ce fut une révélation ! Le lendemain , ce fut un jour nouveau.
Au lever du soleil elle pétillait et se sentait assoiffée de raconter son histoire à tout le grand et profond courant du sud !!

Elle chantait à qui voulait l’entendre : « je suis l’eau, je suis l’océan…je suis celle qui est l’eau de partout et d’en tout l’océan. »

Une vague du sud lui répondit qu’elle ne savait qu’une vérité: l’eau du nord est plus froide qu’elle et qu’elle, et bien, préférait se la couler douce dans le paradis, situé, selon elle, sous les tropiques.
La petite goutte décida de ne pas la suivre…elle resta suspendue.

A force de se sentir incomprise, la goutte se dit qu’elle se devait accomplir une grande mission. Puisqu’elle était tout l’océan dans une goutte.
Elle réfléchit longuement….au début elle pensait révéler à toutes les gouttes qu’elle étaient toutes l’océan….mais les gouttes n’entendaient rien.
Peu à peu la goutte se mit à pleurer sur elle même…Elle disait , espérant les éclairer:

« c’est moi, moi l’océan…la conscience de l’océan….et par amour pour les autres gouttes je me suis sacrifiée…. » et elle finit par oublier que les autres gouttes étaient aussi l’océan…
D’ailleurs elles n’avaient ni entendu la voix de l’océan, ni vu les éléphants de mer….et elles n’y croyaient même pas aux éléphants!

La goutte perdit confiance et commença à se laisser flotter. Un jour elle se retrouva tout en surface. C’était un jour sans vent , très calme, un jour où le soleil tapait.

Grand bien lui fit elle eût une sacrée insolation et se retrouva dans les nuages…elle commença à prendre un peu de perspective…pas trop longtemps car le nuage , transporté vers le continent fut arrêté par les sommets glacés de très hautes montagnes.

La goutte devint ainsi cristal de neige et se posa sur la montagne.

Depuis cette transformation, elle ne chante plus: » c’est moi l’océan ». !
Elle a un peu changé de registre, elle improvise au fil du temps…Parfois elle s’exclame : »c’est beau la vie…c’est l’océan et les flots du vent, la neige pure et la neige Vivante…! ».
Elle sait que le soleil , l’air, et tous les sommets l’entendent…et elle aussi, elle les entend en un souffle vivant et elle s’enchante en chantant avec eux, ils sont enchantés…!

Chut !!! écoutez un moment le chant des sommets …

Fin.

Auteur MireilleGroc

______________________________________________________________________________________________________________________________________

nd5jy8yt dans Contes et Légendes du Monde.

Dieu a dit:

****************

Que dis-Je à part que Je vous ai crée dans l’amour et que Je vous aime quoi qu’il advienne. Ce ne sont pas que des mots. C’est l’honnête vérité de Dieu. Je ne peux rien faire d’autre que de vous aimer de tout Mon cœur. J’en suis heureux. Je n’ai pas lieu de protester à ce propos.

 Mon intellect ne s’immisce pas dans l’histoire pour dire « Mais pourquoi ne pas… ». Moi, qui connais tout de chacun, Je ne connais pas le jugement. Je ne fais de procès à personne. Pourquoi voudrais-Je cela ? Pourquoi voudrais-Je m’empêtrer dans ce dont Je vous demande de sortir et de vous éloigner ?

S’il vous plaît, éloignez-vous de l’idée que vous devez Me prouver quelque chose. Il n’y a rien à prouver. Je suis votre preuve. Je vis avec vous jour après jour. Et pourtant Je vis dans un domaine différent. Mes bien-aimés. Vous trouvez suffisamment de fautes en vous-mêmes. Vous n’avez pas besoin de Mon aide pour les trouver.

 Au contraire, vous avez besoin d’aide pour sortir de l’habitude de chercher des fautes. Cela ne demande aucun talent. Si vous êtes la Princesse au petit pois (1), cela ne vous rend pas meilleur. Ce n’est pas de la supériorité d’être si tatillon. Mieux vaut être capable de dormir sur le sol que sur une centaine de matelas en plume d’oie.

Qui vous demande d’être si difficile ? Pas Moi. Et chercher les défauts, qu’est-ce sinon se montrer très difficile ?

Et particulièrement, ne soyez pas ultra difficile avec vous-même. Si être ordinaire, c’est avoir dépassé le stade du chercheur de défaut, alors s’il-vous-plaît soyez ordinaire. Abandonnez l’amertume. Ne soyez pas quelqu’un qui trouve des fautes et des défauts partout et, par conséquent, personne n’est jamais à la hauteur pour rejoindre votre fraternité. Laissez entrer tout le monde. Tout le monde est Mon enfant.

 C’est déjà suffisant pour Moi. Sur le palier du monde, pouvez-vous trouver en vous la force d’accueillir tout le monde ? Vous ne possédez pas le terrain de jeu appelé Terre. Notez que J’appelle la terre un terrain de jeu. Je ne l’appelle pas un lieu de travail.

Pourtant, Je vous rends responsable de votre vie sur Terre et de votre courtoisie à l’égard de la vie et de ceux que vous rencontrez en chemin. Rencontrez, et ne transgressez pas. N’entrez pas dans les marécages. Ne disposez pas des clôtures dans votre cœur C’est tout ce que la recherche des fautes peut faire pour vous. C’est à vous d’embrasser la vie. Ne la repoussez pas.

C’est une transgression que de ne pas vous amuser dans cette aire de jeu qu’est la vie. Sortez, et soyez dans la joie, donnez-la et accueillez-la. Plus vous vous réjouissez, plus les autres se réjouiront. Bien évidemment, éprouvez de la joie à la joie d’autrui. Vous êtes là pour donner une chance à la vie et tout ce qu’elle contient. Vous n’êtes pas sur l’aire de jeu qu’est la Terre pour blâmer la vie ou critiquer les autres.

Vous êtes là, dans le monde, pour vous élever au-dessus du monde et le soulever lors de votre ascension. Lorsque vous vous élevez, le monde s’élève aussi. Le monde et tout ce qu’il contient vous répond. Donnez au monde et donnez à chacun quelque chose d’adorable à répondre. Aimez le monde. Jouez en son sein.

Je vous aime peu importe votre tempérament grincheux. Mais vous ne vous aimez pas assez. Si vous vous aimiez davantage, vous souririez davantage au monde. Devenez un grand être humain qui aime de tout son cœur, qui aime le monde tel qu’il est et qui, toutefois, possède une plus large vision de celui-ci.

Vous êtes un artiste et vous peignez le monde. Utilisez de belles couleurs. Embrassez chaque détail dans votre tableau. Si vous n’aimez pas la vie telle qu’elle est sur Terre aujourd’hui, alors dessinez-en une plus belle. Soyez vivant aujourd’hui.

(1) (Conte de Christian Andersen)

________________________________________________________________________________________________________________________________

image002.1176193979

Le miroir Japonais

****************

Kimiko est le portrait en miniature de sa mère, Hideno : le même visage allongé, le même grand front, les mêmes cheveux noirs, les mêmes yeux noirs brillant sous les paupières bridées, le même long cou gracile. Si ce n’étaient les vingt printemps qui séparaient les deux visages, ont les eut prises pour deux sœurs.

Kimiko adorait sa mère et tentait de lui ressembler le plus possible en tout. Elles avaient toute deux les mêmes goûts, aimaient les mêmes personnes…

Or, il arriva qu’Hideno tomba gravement malade. Elle sentait ses forces diminuer et la vie l’abandonner peu à peu. Elle devinait la tristesse déchirante qu’éprouverait sa fillette au départ de l’être qui, pour elle, était tout son univers.

Elle fit venir son enfant et lui dit « il se peut que je m’en aille pour le pays où nous devons tous aller un jour… mais ne pleure pas Kimi… Quand tu ne me verras plus à tes côtés, je serai quand même près de toi. ». Prenant alors près d’elle une grande boîte en laque que son mari lui avait offerte, elle rajouta en la tendant à Kimiko: « tu n’ouvriras pas cette boîte tant que je vivrai.

 Quand je ne serai plus là, tu l’ouvriras seulement en d’importantes occasions; au moment d’une grande peine ou d’une très grande joie. Alors tu verras mon visage au fond de cette boîte et tu sauras que je suis toujours avec toi dans la peine comme dans le bonheur… »

Quelques temps après, Hideno mourut.

Écrasée de douleur, la pauvre fillette ouvrit la boîte et vit sa mère, sa maman chérie, qui pleurait avec elle. La peine de Kimiko en fut un peu soulagée. Désormais elle ouvrit la boîte pour confier à sa mère ses plus graves peines ou ses plus grands bonheurs. A chaque fois, sa maman s’attristait ou se réjouissait avec elle.

Un jour le temps des noces arriva pour Kimiko. Comme la maman paraissait heureuse, comme elle lui souriait tendrement au fond de la boîte en écoutant la confidence du précieux secret !

C’est en cet instant que Kimiko comprit l’illusion dont, pendant des années, elle avait été l’objet : un miroir, placé au fond de la boîte, lui renvoyait l’image de ses propres traits qu’elle prenait pour ceux de sa mère. En d’autres temps, cette découverte l’aurait atterrée.

Mais maintenant, elle n’avait plus besoin du miroir pour sentir que l’âme de sa mère était toujours présente autour d’elle s’affligeant de ses peines et se réjouissant de son bonheur…

source :http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_miroir_(conte_japonais)

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

 samurai+et+Hakuin+Ekaku

CADEAU D’INSULTES

*******************

Près de Tokyo vivait un grand samouraï, déjà âgé, qui se consacrait désormais à enseigner le bouddhisme Zen aux jeunes. Malgré son âge, on murmurait qu’il était encore capable d’affronter n’importe quel adversaire.
Un jour arriva un guerrier réputé pour son manque total de scrupules. Il était célèbre pour sa technique de provocation : il attendait que son adversaire fasse le premier mouvement et, doué d’une intelligence rare pour profiter des erreurs commises, il contre-attaquait avec la rapidité de l’éclair.
Ce jeune et impatient guerrier n’avait jamais perdu un combat. Comme il connaissait la réputation du samouraï, il était venu pour le vaincre et accroître sa gloire.
Tous les étudiants étaient opposés à cette idée, mais le vieux Maître accepta le défi.
Il se réunirent tous sur une place de la ville et le jeune guerrier commença à insulter le vieux Maître. Il lui lança des pierres, lui cracha au visage, cria toutes les offenses connues – y compris à ses ancêtres. Pendant des heures, il fit tout pour le provoquer, mais le vieux resta impassible. A la tombée de la nuit, se sentant épuisé et humilié, l’impétueux guerrier se retira.
Dépités d’avoir vu le Maître accepter autant d’insultes et de provocations, les élèves questionnèrent le Maître :
 » Comment avez-vous pu supporter une telle indignité ? Pourquoi ne vous êtes-vous pas servi de votre épée, même sachant que vous alliez perdre le combat, au lieu d’exhiber votre lâcheté devant nous tous ?
- Si quelqu’un vous tend un cadeau et que vous ne l’acceptez pas, à qui appartient le cadeau ? demanda la samouraï.
- A celui qui a essayé de le donner, répondit un des disciples.
- Cela vaut aussi pour l’envie, la rage et les insultes, dit le Maître. Lorsqu’elles ne sont pas acceptées, elles appartiennent toujours à celui qui le porte dans son coeur. « 

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

  Messager-Divin-L-Oiseau-Bleu-r1

 Mackama

*******************

Mackama était une jeune femme à la beauté simple. Elle aurait pu être heureuse. Elle souffrait pourtant d’une blessure secrète. Elle voulait savoir. Savoir quoi, elle n’aurait pas su dire. Son désir était comme une soif sans nom, une soif qui n’était pas de bouche, mais de cœur. Elle priait parfois, mais le savoir qu’elle désirait n’était pas dans les prières…
Elle avait deux amis Mackama : un oiseau et la lune.
Un oiseau qui venait parfois la visiter, se perchait sur le rebord de sa fenêtre, ou sur une branche d’arbre au bord de son chemin. Et cet oiseau lui parlait, à voix humaine.
Il répondait à des questions qu’elle n’avait pas su poser et qui pourtant étaient ses questions, celles qui occupaient le plus souvent son cœur, sans qu’il n’en sache rien :  » Qu’est-ce que le mal ?  » Et l’oiseau répondait :  » le mal est le bien en formation. Tu accueilles le mal et tu le transformes en bien. Car le mal n’ existe pas, Mackama, mais seulement la force non transformée. « Ou encore, il lui disait :  » Ne crains pas de t’éloigner de Dieu. Si tu enfonces un clou, tu lèves d’abord la main. Le marteau s’éloigne mais la force grandit. S’éloigner de Dieu est une force merveilleuse ».
Et cet oiseau, avant de la quitter, lui demandait toujours :
Que cherches-tu ici, Mackama ?  »
Elle répondait :  » Je ne cherche rien, je suis mon chemin « .
 » Et où se trouve ton chemin ?  »
Elle ne savait pas. Elle désignait le ciel.
Alors l’oiseau lui demandait :  » Mackama, où est le ciel ?  »
Quelle question ! Elle désignait la lune.
Mackama aimait le ciel et la lune d’amitié forte et fidèle. La lune surout qui lui avait appris à dépouiller la vie de ses détails inutiles.
Or, une nuit de chaleur lourde, comme Mackam allait le long du fleuve, l’envie le prit de dormir dans cette tranquillité où son âme baignait. A la lisière du village, elle se coucha sous un grand arbre et écouta le silence alentour. Les étoiles brillaient comme d’innombrables espérances dans les ténèbres. Le cœur de Mackama en fut empli d’une telle douceur que sa gorge se noua.
Savoir, se dit-ellle, savoir la vérité du Monde !  » Elle regarda la lune…
Alors elle sentit un rayon pâle entrer en elle par la secrète blessure de son esprit. Aussitôt, le long de ce rayon fragile, elle se mit à monter vers la lumière. Cela lui parut facile. Une avidité jubilante l’envahit. Elle se dit qu’il allait enfin atteindre ce savoir, Cette science secrète qui l’apaiserait pour toujours. Elle s’éleva encore.
Mais comme elle parvenait au seuil d’un vide immense, lumineux, l’ oiseau lui apparut encore. Mackama lui cria :  » Vois, je suis mon chemin « .
 » Où est donc ton chemin ?  »
 » Là-haut, bien sur, au ciel.  »
 » Où est le ciel ?  » lui demanda l’oiseau.
Elle n’eut pas le temps de répondre. Elle entendit, au loin, un cri d’enfant. Elle l’écouta. Quelque chose en elle remua. Le cri se fit gémissant.
Elle s’inquiéta :  » pourquoi ne donne-t-on pas d’amour à cet enfant ? se dit-elle. Elle se tourna sur le côté. Elle était revenu à nouveau dans son corps, sous l’arbre. Et de son corps, il vit la cour d’une maison, et dans cette cour, un nourisson qui sanglotait, les bras tendus à une mère absente.
Mackama se dressa sur le coude. Elle murmura :  » Qui est cet enfant ?
 » C’est toi même, répondit l’oiseau, qui s’était posé sur une branche de l’arbre…
Mackama lui demanda :  » Si je suis cet enfant, pourquoi ai-je crié ?  »
 » Parce que la seule puissance de ton esprit ne pouvait suffire à atteindre la vraie connaissance  » lui dit l’oiseau.  » Il y fallait aussi ton cœur, ta chair, tes souffrances, tes joies. L’enfant qui vit en toi t’a sauvé, Mackama. S’il ne t’avait pas rappelé, tu serais entrée dans l’éternité sans espérance, La pire mort, celle où rien ne germe.
Brûle-toi à tous les feux, autant ceux du soleil que ceux de la douleur et de l’amour. C’est ainsi que l’on entre dans le vrai savoir. Tu as compris ?  »
Mackama acquiesça.
« Maintenant dis-moi, où est ton chemin ? Mackama désigna le ciel.
 » Et où se trouve le ciel ? »Elle sourit. Elle désigna son cœur.
L’oiseau s’envola. Mackama se leva et s’en fut par les ruelles de son village. Des lumières brillaient devant les portes obscures. Près du puits, l’âne gris dormait, environné d’insectes. Sous l’arbre de la place, une chèvre livrait son flanc à ses petits. Au loin un chien hurlait à la lune.Pour la première fois, la lune parut à Mackama comme une sœur éxilée, et elle se sentit pris de pitié pour elle qui ne connaîtrait jamais le goût du lait et la chaleur du lit auprès d’un être aimé.Un conte d’Henri Gougaud

_____________________________________________________________________________________________________________________

6f8a55dd4ayx8

Par editecyloniah le 1 septembre, 2010 dans Contes et Légendes du Monde.
Pas encore de commentaires

12

Recherchez aussi :

Articles récents

Pages

Auteur

editecyloniah

  • Album : 3
    <b>transfixed.jpg</b> <br />

Liens

Commentaires récents

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Catégories

Méta

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

omsanslanguedebois |
WALKING WITH GOD'S MUSICIAN... |
handitswengo2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MOUSTARCHIDINE
| ESPRIT DE VIE
| mystiknews